photo okkkk

Ca fait un an environ que je me suis mise à tester la couture des tissus extensibles. Dès que j’ai eu ma surjeteuse j’ai eu envie de m’y mettre! Pour vous faire un état des lieux, pour le moment je n’ai cousu que le hemlock tee de Grainline Studio, un basique gratuit qui reste parfait pour se faire la main. Comme vous pouvez le constater, je ne compte donc encore pas beaucoup de modèles différents à mon actif! C’est justement parce-que les matières extensibles restent tout de même plutôt difficiles à coudre, mais aussi parce-que je n’ai pas trouvé énormément d’accompagnement existant sur le sujet sur internet! Tout le monde a sauté sur le livre de Marie Poisson « Coudre le stretch » l’an passé, et je ne pense pas que cela soit un hasard! C’est justement parce-qu’on en chie toutes avec nos bandes d’encolure en jersey que de tels manuels deviennent vite des bibles pour nous autres couturières. 😉

Du coup quand j’ai testé le nouveau cours en ligne de Makerist « coudre les hauts en jersey », j’étais plutôt pleine d’espoir, et je savais aussi ce dont j’avais besoin: en effet les erreurs que j’avais savamment commises durant mes dernières expériences avec le jersey m’avaient permis de me poser bon nombre de question. J’allais donc pouvoir me rendre compte si ce cours allait y répondre ou pas!


makerist_logo_fr-f10c208fcc71d2408bf1aa48875cd16b

Pour vous présenter rapidement le cours:

Le cours se trouve sur le site www.makerist.fr. Makerist est une plateforme de cours de loisirs créatifs en ligne: on y trouve des cours de couture, de crochet, et de tricot. Il y a également un espace mercerie sur le site ainsi que la possibilité d’acheter des patrons de couture, de tricot et même de patchwork!
Le cours dont nous parlons aujourd’hui est animé par Swantje Wendt, une professionnelle de la couture allemande qui anime également le cours « Séduisante surjeteuse » sur le site.

Dans le cours « coudre les hauts en jersey », on apprend à réaliser différentes techniques de couture liées à la réalisation des hauts en stretch (utilisation de l’aiguille double pour les ourlets, couture du col en v, finitions en bord côte, etc). Comme exemple, la professeure s’appuie sur la réalisation d’un tee-shirt homme avec un col en V et des manches à revers ainsi que sur la réalisation d’un débardeur femme avec une encolure profonde. Ce sont des techniques que l’on peut donc réutiliser dans la couture de modèles basiques en jersey.
Dans ce cours, on se sert à la fois d’une MAC et d’une surjeteuse. De temps en temps on nous parle de la machine cover-lock qui je pense est en fait ce que nous appelons aussi une recouvreuse.
Voici le plan du cours dans ses grandes lignes:

-Couture du tee shirt homme

  • Couture de la manche avec une bande de jersey
  • Couture de la manche avec un revers
  • Couture du col en V

– Couture du débardeur femme

  • Emmanchure avec bordure
  • Emmanchure gansée d’une bande ruban
  • Encolure bordée de ruban

Les points positifs que je retiendrai:

  • Les techniques sont très bien expliquées: on perçoit bien l’importance de prendre des repères à l’aide des épingles, de prendre son temps quand on utilise la surjeteuse, de bien positionner les marges de couture dans tel ou tel sens, de placer ses doigts d’une certaine façon pour maintenir le tissu … etc.
  • On comprend bien l’intérêt d’utiliser la surjeteuse quand on coud du jersey ainsi que de savoir maîtriser les différents points de sa machine à coudre dans tel ou tel cas de figure (plutôt point zigzag pour le surfilage et point droit pour les coutures invisibles).
  • J’ai découvert le ruban élastique! Je ne connaissais absolument pas et je meurs d’envie d’en trouver maintenant tellement ça a l’air chouette! Toujours intéressant de découvrir du matériel qu’on ne connait pas je trouve.

Ce que j’ai appris:

L’animatrice a tendance à répéter plusieurs fois certaines choses et du coup ça permet de bien mémoriser là où on sent qu’on a une petite faiblesse! Pour ma part je me suis rendue compte que je ne plaçais pas forcément bien mes aiguilles quand je cousais du jersey et surtout que je n’en utilisais pas assez! Il y a aussi des endroits stratégiques où les placer et c’est très bien abordé dans le cours. J’y ferai bien plus attention désormais, de même que pour tout ce qui touche aux marges de couture! La façon de les coudre, de les placer quand on assemble deux coutures … etc. Ce sont de petits détails qui font la différence et dans la vidéo on nous montre bien comment obtenir des lignes de couture continues (vous savez dans les dessous de bras notamment ou quand on doit coudre un revers à une manche…?!).

Et puis j’ai beaucoup appris sur les finitions d’emmanchure et moi qui suis une tarée du point invisible à la main, je ne pensais pas qu’on puisse en faire à la machine avant de voir cette vidéo! C’est magique et ça va sûrement révolutionner ma façon de faire (bien qu’il faille de l’entraînement pour que le résultat soit niquel, là dessus l’animatrice du cours est tout à fait honnête et ça décomplexe à mort!).

Ce que j’ai un peu moins aimé:

  • L’enseignante travaille avec des jerseys qui semblent tout de même assez faciles à dompter (ou alors c’est une illusion qu’elle donne?): ils ne roulottent pas, ils ne sont pas non plus très très extensibles. Du coup on a l’impression que tout est simple alors qu’en réalité il y a des choses qui sont plutôt compliquées à faire (comme par exemple répartir une bande d’encolure ou d’emmanchure). J’aurais apprécié qu’elle choisisse des jerseys avec des élasticités complètement différentes…

IMG_4542

Mais tout ça reste très technique lorsqu’on n’en parle seulement sur du papier, c’est pour ça qu’il faut tester le cours ! 😉 Je le conseillerai aux personnes qui sont dotées d’une surjeteuse, qui en ont déjà la maîtrise (même basique) et qui ont envie de se lancer dans la confection de tee-shirts en jersey.

Du coup comme la dernière fois, Makerist vous offre 30% sur ce cours (ainsi que sur tous les cours de couture) du 19 janvier au 5 février si jamais l’envie vous vient de tester la vidéo! Il vous faut pour cela utilise le code : couturejerseyx5t lorsque vous réservez le cours. Attention l’offre n’est pas cumulable avec les réductions en cours, par contre elle est « satisfait ou remboursé ».
ATTENTION! Pour le week end du 21 et 22 janvier –> Si une réduction a lieu sur un cours, procédez à deux achats distincts : l’un avec le code de 30% sur les cours non soldés, l’un sans le code de 30% sur les cours soldés.

J’ai fait une petite recherche sur les patrons sur lesquels je pourrais mettre en pratique les connaissances que j’ai acquises grâce à ce cours. J’ai retenu:

  • le hemlock tee de grain line studio bien sûr (vive la bande d’encolure!)
  • le tee shirt Plantain de Deer&Doe
  • un patron de tee shirt édité par le magasine PepperMint mag (instructions ici)
  • le tee shirt Jasmin de Cozy Little World
  • le top Renfrew de Sewaholic

Voilà, tout est dit, il y a de quoi faire! 😉 (d’ailleurs si vous en connaissez que je n’ai pas mis dans la liste vous pouvez carrément la compléter en commentaire!)

Je vous bise!

Teaser du cours ici!

0
Share
,

cleo4

Hello tout le monde,

Merci pour tous vos gentils commentaires sur ma robe Cléo et sur sa poche brodée il y a quelques jours! Comme la fleur a plu à quelques-unes d’entre vous, je voulais vous proposer le diagramme que j’ai dessiné pour confectionner la poche brodée de ma robe. Comme je vous l’ai dit il est super simple à réaliser: seulement du point lancé pour la fleur, et du point de tige pour la tige. Pour la petite feuille (il y en a deux dans le diagramme mais je n’en ai finalement réalisé qu’une seule) vous pouvez la broder en passé plat.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre, peut-être pouvez-vous vous entraîner sur un vieux tissu avant de commencer l’ouvrage définitif? Je vous ai mis en lien des tutoriels qui montrent comment réaliser ces points tous simples. C’est très parlant en vidéo! Dans mon document je vous ai mis un temps de réalisation approximatif qui dépendra surtout de vous en fait! Et aussi les numéros des fils que j’ai utilisé pour faire ma version, mais libre à vous d’en changer bien évidemment!

Le diagramme se trouve ici!

Je vous bise et vous dis à bientôt!

 

0
Share
,

 

 

cleo2

Hello tout le monde!

Il fait froid ces temps-ci et je suis bien malade! Quand j’ai pris les photos de cet article je n’ai pas traîné dehors! Je crois que ça faisait quelques années que nous n’avions pas eu aussi froid dans le nord (en toute sincérité). Pour l’heure c’est bien au chaud chez moi que je vous présente la version définitive de la robe Cléo de la marque Tilly&theButtons (marque que j’apprécie depuis mes débuts en couture) dont je vous parlais dans mon podcast mercredi dernier.

J’ai choisi une taille 4 en serrant les fesses quand j’ai fait ma toile mais au final c’est parfait! OUF!
Les avantages de Cléo sont multiples:

  • pas de difficulté technique. (simplement: attention aux bretelles au moment de l’assemblage de la parementure de la robe sur l’arrière!)
  • rapidité d’exécution: peu de pièces à découper, et de grandes pièces à coudre donc peu de couture.
  • finitions impeccables avec les coutures rabattues comme dans les vrais vêtements type jean ect…
    Pour ma part je ne suis pas fan du fil contrasté bien voyant donc j’ai préféré miser sur la sobriété et à la place broder la poche avant. 😉 Il faut faire des choix dans la vie hein

cleo1

Il y a beaucoup de possibilités en termes de matières pour décliner votre Cléo tout au long de l’année (je pense m’en faire une version aussi pour cet été). Ma toile a été faite en velours milleraies mais j’ai privilégié le jean pour une version « tout terrain » que je puisse porter au boulot. (je l’ai trouvé chez Mister Tissus à Roubaix. C’est le seul vendeur de tissu que je connaisse qui en vende dans le coin).
D’ailleurs en jean ou dans toute matière un peu épaisse n’oubliez pas d’utiliser des aiguilles adaptées sur votre machine (type aiguille spécial jean) sinon cassage garanti dans les grosses épaisseurs! (enfin peut-être que votre machine est une warrior)
Et je voulais vous demander: vous cousez souvent du jean? Quels sont vos astuces en ce qui concerne le nettoyage? Je m’explique: comme je comptais broder la poche avant je me suis dit qu’il fallait absolument éviter le dégorgement du jean lorsque je tremperai ma broderie dans l’eau pour retirer le solufix posé sur le jean (c’est ce qu’on utilise pour décalquer un motif sur un tissu foncé). Du coup j’ai nettoyé mon jean deux fois et ça a plutôt bien marché: il n’a pas déteint sur ma broderie. Par contre quelques vilaines traces blanches sont restées dessus après le passage en machine. J’ai essayé de les retirer au vinaigre blanc mais sans grand succès. Alors vraiment si vous avez un remède de grand-mère je suis preneuse! (pour info, j’utilise de la lessive en dosette, est-ce que c’est ça??)

cleo3

A mon humble avis, Cléo est un basique de toute garde-robe qui se respecte! 😉

Pour la broderie de la poche avant, cela m’a pris un petit week end tranquillement. Je n’ai utilisé que du point avant pour la fleur et du point de tige pour la tige donc ce n’est pas un modèle hyper compliqué à réaliser. J’ai réalisé le diagramme moi-même! (Handmade jusqu’au bout!) C’est ce que je voulais dans mon précédent article, la broderie ouvre vraiment une porte sur la personnalisation des vêtements, et quand on coud un basique ça a encore plus de prix je trouve!

Je vous souhaite une belle semaine et surtout: couvrez-vous bien! 😉

Des bises

cleo5

 

 

 

 

0
Share
,

semettrealabroderieok

Hello tout le monde!

En ce moment c’est un peu la folie broderie si l’on en croit ce que l’on voit sur les réseaux sociaux autour de nous. Je me répète mais je trouve que c’est une activité  formidable! M’y mettre depuis cette dernière année ça a été un peu comme un renouveau créatif pour moi. Envie de plus de personnalisation, de custo, de nouvelle déco. La broderie m’ouvre des portes sur tout cela et j’en fais tout le temps maintenant! C’est tellement grisant! Je connais quand même pas mal de points aujourd’hui mais pour en arriver là j’ai dû réunir petit à petit du matériel dans mon petit atelier à la maison pour pouvoir m’exercer un peu plus confortablement. Au début je brodais avec des aiguilles à coudre (ahah on l’a toutes fait non rassurez-moi!) et au final en investissant pour trois fois rien mais sur les choses essentielles j’ai pu m’offrir un peu plus de confort et de précision pour ma pratique et j’en suis hyper contente car c’est cela qui m’a aussi permis de progresser un peu plus chaque jour.

Il y a des gestes broderie dont je ne vous parle pas aussi dans l’article mais je vous réserve une petite vidéo pour bientôt ce sera plus parlant! (à ce propos ma première vidéo sur ma récente chaîne youtube est publiée!)

Alors si vous avez envie de vous y mettre à votre tour, voici un petit tour d’horizon de ce qu’il vous faudra avoir dans votre trousseau de brodeuse. 🙂

semettrealabroderie2

Les cercles à broder (ou tambours à broder)

Il en existe de plusieurs tailles et ils sont tantôt en bois, tantôt en plastique. Il faut les ouvrir avant d’y placer la toile à broder. On peut aussi resserrer la vis de son tambour avec un tournevis pour que le tissu soit bien tendu à l’intérieur. (mais pas trop!)
N’oubliez pas qu’il est préférable d’entourer le cercle à broder (celui qui est à l’intérieur) de tissu (coton) pour éviter que la toile à broder ne soit trop marquée pendant son « séjour » dans le cercle. Si vous brodez un vêtement, il est d’ailleurs conseillé de ne pas le laisser reposer dans le cercle à broder plus d’une journée afin d’éviter au tissu de se déformer.

semettrealabroderie9

Les aiguilles à broder

Je me répète: surtout ne vous amusez pas à broder avec des aiguilles à coudre! 😉 Les aiguilles à broder ont un bout plus pointu que les aiguilles à coudre pour bien percer le tissu.
Si vous vous rendez dans un rayon « aiguilles » vous verrez différents types d’aiguilles à broder. Elles diffèrent par la grosseur de leur chas (le petit trou de l’aiguille), par leur longueur et pas leur épaisseur.
Suivant que l’on fait de la broderie traditionnelle ou du point de croix, l’aiguille sera aussi différente.
On choisit son aiguille à broder en fonction de la grosseur de son fil. Pour commencer à broder j’ai choisi des n°7 et des n°9. Plus l’aiguille est fine et plus son numéro est élevé. Il ne faut pas que le fil frotte trop fort contre la toile lorsqu’il la traverse (sinon il s’abîme vite), et donc il faut que le trou fait par l’aiguille soit suffisamment grand quand même avant son passage.

Pour broder des perles, choisissez des aiguilles spécifiques: elles sont toutes fines et longues pour pouvoir se faufiler à travers les plus petits interstices! Les aiguilles qu’on utilise pour broder du ruban s’appellent des aiguilles mode: leur chas est plus grand que la moyenne.

semettrealabroderie

Les toiles à broder

On peut broder n’importe quel type de tissu mais selon le type choisi il va parfois falloir utiliser un entoilage spécifique. Pour commencer vous pouvez vous attaquer à des tissus en coton ou à des lins vendus spécialement pour être brodés et qui sont utilisables pour la broderie traditionnelle mais aussi pour le point de croix. Ils peuvent être vendus au mètre ou pré-découpés dans les merceries et les magasins de textile. Pour le point de croix, on peut également utiliser de la toile aida (vendue également en galons).

Les toiles à broder portent des numéros selon le nombre de fils qu’elles comportent. Plus le numéro est élevé, plus le nombre de fils est grand, et donc plus la toile est resserrée . Exemple: si vous voyez une toile de lin 11cm/cm, cela signifie qu’il y a 11 fils par cm sur votre toile.

Il existe également des lins de couleurs différentes et de rigidité différente. On peut fabriquer des sacs ou des abats-jours avec des lins très rigides tandis qu’on choisira des lins plus souples pour du hoop-art ou encore pour confectionner des serviettes ou du linge de maison.

semettrealabroderie6

Les fils à broder (liste non exhaustive)

Il existe différentes sortes de fils pour broder.

  • Le mouliné de coton: comme son nom l’indique il est constitué de coton. Il se vend en échevette et se divise généralement en 6 fils.
    On choisit le nombre de fils de son aiguillée en fonction de la finesse de la broderie souhaitée. Pour bien ranger son échevette sur une cartonnette, pas besoin de tirer sur le fil! Au contraire, cela ne provoquerait que des catastrophes (noeuds et compagnie)! Il faut mieux prendre son échevette par le milieu (on peut alors la mettre autour de sa main) et dérouler le fil. Je vous montre bientôt en vidéo!
  • Le coton perlé: ce fil ne se dédouble pas et est très résistant.
  • Le mouliné métallisé: c’est un fil qui a l’aspect du métal et qui brille. On l’utilise pour créer des effets lumineux sur une broderie. On peut le broder seul ou accompagné d’un fil en coton pour créer des mélanges d’effets. Il existe du fil en échevette mais aussi du fil en bobine.On en trouve en plusieurs grosseurs.

Différentes marques vendent ces produits. On peut citer DMC, Anchor, Madeira, Au ver à soie..

semettrealabroderie8

Petit matériel complémentaire:

  • Des ciseaux de broderie
  • Un dé à coudre
  • Un feutre effaçable à l’eau  pour reporter le motif à broder sur votre toile. On en trouve dans certaines mercerie et sur internet. (à Lille j’en ai vu chez Graphigro à un prix délirant mais j’ai acheté le mien chez Mondial Tissu à Villeneuve d’Ascq). Vous pouvez aussi vous achetez un stylo Frixion par Pilot(on les trouve au rayon fourniture scolaire de beaucoup de grandes surfaces) qui s’effacera à la vapeur de votre fer.
  • Du papier calque, du papier carbone, ou une tablette lumineuse (pour le report de votre motif sur toile). La tablette lumineuse est une invention de génie: on peut reporter directement le motif sur la toile!

Pour broder sur des tissus foncés: le solufix

Quand j’ai commencé à broder j’ai parfois voulu m’essayer sur des tissus foncés, mais je ne parvenais pas à reporter mon motif sur le tissu à l’aide de mon papier calque (nous reviendrons plus tard sur ce point). J’ai donc acheté du solufix de la marque Vliesline (comme l’entoilage de couture) et la solution était toute trouvée! Il s’agit d’une toile non tissée recouverte d’une pellicule autocollante. On retire la protection autocollante après avoir décalqué son motif sur le solufix et on le place directement sur la toile pour broder dessus. Ensuite il suffit de le tremper dans l’eau pour qu’il se dissolve (on dit qu’il est hydrosoluble) et il ne reste plus que votre broderie sur la toile.

**********************

Voilà j’espère que cet article vous sera utile! Que celles qui veulent s’y mettre lèvent les bras! 😉 Si vous voulez ajouter quelque chose en commentaire je compte sur vous comme d’habitude!
Autrement, j’ai réalisé une broderie cette semaine et je vous montre le résultat dimanche! Vous pouvez déjà en avoir un petit aperçu sur mon compte instagram en attendant. J’ai hâte!

Je vous souhaite une belle fin de semaine! A très bientôt!

 

 

 

 

1
Share